Mes lectures

Une fourmi chez les papillons, Marie Montfort

éditions Baudelaire, 2016
37 pages
Contemporain, grandir, pas à sa place

L’histoire d’une petite fille qui aimait chasser les papillons, qui a grandit et semble ne pas vraiment faire partie du monde dans lequel elle vit.

Quatrième de couverture :
« Alors qu’il faisait un beau soleil éclatant, par un bel après-midi, elle s’amusait à aller à la chasse aux papillons avec un filet bleu et elle attrapait plus particulièrement les papillons dénommés paons, car ils avaient des ronds bleus, jaunes et marrons sur de belles ailes rouges.
À cette époque, elle était jeune, très jeune, et comme pour les attraper, elle devait fixer le soleil, elle eut, du coup, une insolation par les yeux qui lui donna une bonne leçon : elle ne recommencerait plus jamais à chasser les papillons l’été.
Elle était une petite fille qui allait devenir papillon pour les autres, les adultes, personnes qu’elle ne comprendrait plus, même plus âgée ; jamais vraiment ni entièrement, comme si elle appartenait à un autre univers qu’eux.
Longtemps, elle passa ses week-ends et vacances allongée sur un couvre-lit à ingurgiter, jusqu’à l’indigestion, toutes sortes de romans ou nouvelles au rythme de deux voire trois livres de trois cents pages par semaine. Elle lisait de manière ininterrompue quatre ou cinq heures d’affilée, voire huit heures. »

Cette quatrième de couverture m’a attiré car j’aimais beaucoup le récit de cette petite fille et son amour des livres, j’avais envie de la retrouver plus tard, de la voir plongée dans les livres et de savoir ce qu’elle lisait et comment elle interagissait avec les autres sachant qu’elle ne comprends pas les adultes ; ne les comprend-elle toujours pas même si elle en est devenue une apparement ?
Du coup, j’étais vraiment intriguée par cette citation qui est un passage du livre et que j’avais envie de retrouver et de mieux comprendre.
Malheureusement je n’ai pas réussi à vraiment apprécier cette lecture. Je ne l’ai pas comprise je pense. Tout d’abord la forme m’a fait me questionner. Il semble qu’il s’agisse d’un roman, avec des chapitres qui ont des titres or ce livre est extrêmement court : 37 pages, ce qui pour moi s’apparente plus à la nouvelle. Est-ce une nouvelle découpée en différents chapitres très courts (certains ne font qu’un paragraphe de quelques lignes).

L’écriture était agréable mais l’histoire trop décousue je trouve. Les titres des chapitres annoncent en général un thème qui sera développé ou explicité dans le passage mais on passe souvent d’un sujet à un autre sans que celui-ci ne soit vraiment approfondi. Les choses arrivent par petite touches et le fil rouge semble être la vie de la jeune fille dont il est question sur la quatrième de couverture mais ce n’est pas assez développé pour moi. Certains thèmes (anorexie, construction de soi, terrorisme, déracinement) sont vraiment intéressants mais mis bout à bout sans raison apparente ni explications.

C’est un livre qui aurait pu être vraiment intéressant mais qui manque d’approfondissement et de cohésion pour moi. Je pense malheureusement que je n’ai pas compris cette histoire, que je suis passée à côté, ça ne devait pas être pour moi.
Je remercie les éditions Baudelaire pour ce service presse qui à la quatrième de couverture m’avait vraiment attiré et dont la couverture est magnifique.

Je vous souhaite de belles lectures 🙂

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s